Blog Tourisme Vallée de Villé

A la découverte du lancer de haches et couteaux

C’est à Dieffenbach-au-Val, au bout d’une petite route, que des passionnés s’adonnent à des pratiques popularisées par des bûcherons canadiens : le lancer de haches et le lancer de couteaux. En France, il a fallu attendre 2015 et la création d’une fédération nationale, pour voir la création de petits clubs.

Ces deux disciplines mêlant observation et dextérité, n’exigent pas de force brute et consistent tout simplement à atteindre le centre d’une cible. Une activité insolite et ludique que nous vous invitons à découvrir avec Antoine, membre du club « La Pointe Y Est » depuis 2018.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Antoine Hertz. J’ai 32 ans et j’ai grandi à Benfeld (Centre-Alsace) avec mon frère et ma sœur dans une rue calme du village.

J’ai étudié au collège de Benfeld où j’ai pu établir des amitiés de longue date qui sont encore d’actualité puis j’ai été au lycée d’Erstein et enfin j’ai fait mes études supérieures de commerce et comptabilité à Strasbourg.

J’aime beaucoup le sport, peu importe la forme qu’il prend, moins il est commun et plus j’ai tendance à m’y intéresser.

J’ai également eu l’occasion de faire quelques voyages à vélo à travers la France et les pays voisins qui m’ont donné une confiance en moi qui m’est encore utile tous les jours pour affronter mes petits défis du quotidien.

Sinon globalement j’adore retrouver mes amis avec qui on partage la passion du jeu de société, j’ai l’esprit de compétition, ce qui rend les parties d’autant plus intéressantes.

Comment vous est venu votre passion pour le lancer ?

Mon premier souvenir de lancer de couteau est dans la cave de ma grand-mère. Je devais avoir 12 ou 13 ans et avec mon frère, après le repas, pour nous occuper, nous avons récupéré quelques couteaux dans les tiroirs de la cuisine et avons commencé à essayer de les planter sur la grosse porte en bois brut du sous-sol.

Mon père, plutôt que de nous l’interdire, nous a aménagé un endroit où nous pouvions nous entraîner (surtout à ramasser les couteaux par terre) en toute sécurité.

Peu de temps après, après avoir converti un ou deux copains à la pratique, il était relativement facile de se procurer des couteaux de mauvaise facture sur des sites Internet de commerce en ligne.

On repense souvent à cette période avec tendresse, quand on sait que ce qu’on fait aujourd’hui nous paraissait impossible à l’époque. On a d’ailleurs gardé quelques couteaux de cette époque en souvenir de nos débuts.

Pourquoi avoir ouvert un club de lancer dans ce petit village de Dieffenbach ? Est-ce que les démarches ont été compliquées pour trouver un terrain et s’y installer ?

Etant donné qu’il n’y avait plus de club de foot et que le terrain n’était pas utilisé depuis quelques années, une demande a été faite au maire (par un des habitants de Dieffenbach), qui a été ravi qu’une nouvelle association s’installe dans le village.

Quelles sont les différentes disciplines proposées dans le lancer de haches ? Et dans le lancer de couteaux ?

Il y a beaucoup d’épreuves lors d’une compétition et chaque lanceur a ses petites spécialités.

À quelques petites exceptions près, les épreuves pour le couteau et la hache sont les mêmes !


On retrouve les épreuves classique de précision :

  • Couteaux : 3 – 5 – 7 m.
  • Haches : 4 – 5 – 7 m.

21 lancés par distance (105 points au total si on fait le meilleur score).

On a aussi une épreuve où on enchaîne les différentes distances, on commence à 3m (3 lancés) puis on va à 4m (3 lancés), puis 5m (3 lancés), puis 6m (3 lancés) et enfin 7m (3 lancés). On fait l’ensemble 4 fois de suite : c’est une épreuve d’endurance très prisée des lanceurs expérimentés parce qu’elle est très exigeante, tant pour la concentration que pour le physique.

On l’appelle le Walkback.

Sinon il y a bien sûr les épreuves de silhouette, le but étant de planter ses couteaux ou ses haches autour d’une silhouette. C’est un peu l’adaptation du show du cirque avec le danger de mort en moins.

Il y a aussi les épreuves de longue distance, le but étant de planter dans une grande cible (1m de diamètre) ses agrès, le plus loin possible.

 

Les épreuves exclusives au couteau :

La vitesse : le but de l’épreuve de vitesse est de planter dans une cible à 3m un maximum de couteaux en 20 secondes.

On est fort à cette épreuve à La Pointe Y Est : le club possède le titre de champion de France 2022 (Antoine Hertz) et champion du monde 2023 (Luc Amiot) avec 24 couteaux plantés en 20 secondes.

Le duel : 2 lanceurs s’affrontent. Ils sont placés chacun devant une cible. Le couteau à la ceinture, au déclenchement du « Top » ils doivent dégainer et planter leur couteau dans la cible avant l’autre. Celui qui remporte l’épreuve continue son ascension dans le classement, l’autre est éliminé.

Chaque année de nouvelles épreuves sont créées par les différents clubs mais globalement on va retrouver les épreuves citées ci-dessus sur toutes les compétitions de l’année, en France comme à l’étranger.

A quel type de public ces disciplines sont-elles ouvertes ? Y’a-t-il une limite au niveau de l’âge ?

Ce sport s’adresse à tout le monde.

Etant donné qu’il n’exige pas de force, peu importe sa condition (jeune, senior, sportif ou amateur de charcuterie) ou son sexe, il est tout à fait possible d’y trouver son plaisir.

Nous avons tout type de lanceur, certains viennent prendre l’air le dimanche après-midi, d’autres se déplacent en compétition. Nous avons des occasionnels comme des réguliers.

Nous avons de plus en plus de femmes qui s’intéressent à ce sport, ce qui nous encourage à continuer à nous développer. Elles excellent aussi bien que leurs homologues masculins.

De plus, économiquement ce sport est très accessible. Il requiert très peu de matériel (qu’on vous prête lors de vos entraînements) et la licence pour accéder au terrain s’élève à 50€/an. En gros pour 150 € on peut démarrer avec un set de couteau perso et un accès au terrain 24/7.

Est-il possible de venir tester l’activité de lancer avant de s’inscrire ?

Bien sûr, nous offrons la possibilité de plusieurs entraînements avant de demander l’adhésion au club.
Il est possible de tester tous les agrès : couteaux, haches, hache double, etc…

Si vous avez déjà du matériel, vous pouvez le ramener.

Mettez-nous au défi de planter tout ce qui est pointu ! On adore ça.

Y’a-t-il des groupes d’entraînement par niveau avec un coach ? Et quand se déroulent les entraînements ?

L’emploi du temps de chacun ne nous permet pas d’avoir des séances d’entraînement fixes mais généralement vous trouverez du monde au terrain tous les dimanches.

Nous communiquons ensemble via une messagerie Facebook qui nous permet de savoir qui sera là quand.

Tout le monde s’entraîne en même temps et dans les mêmes conditions, nous n’avons pas de groupe de niveau car chacun a un agrès préféré et un objectif différent.

Evidemment, l’entraide est de mise.

Participez-vous à des compétitions nationales ? Internationales ?

Nous nous déplaçons pratiquement à toutes les compétitions en France et à l’étranger.

Nous connaissons tous les lanceurs, français comme européens.

D’après vous, quelles sont les qualités à avoir pour être un bon lanceur ?

Comme pour les autres sports de précision, la discipline et la concentration seront des atouts majeurs.

Comment voyez-vous « La Pointe Y Est » dans quelques années ? Avez-vous l’envie d’entreprendre et d’organiser de nouvelles choses ? De faire découvrir différemment le lancer et de casser les éventuels préjugés ?

Nous avons l’ambition de devenir le plus grand club de France (au nombre d’adhérents) et un jour d’organiser le championnat du monde chez nous à Dieffenbach-au-Val.

Faire découvrir la pratique et la partager a toujours été pour nous une source de motivation.

C’est pourquoi nous nous déplaçons sur les événements publics pour faire essayer un maximum de personnes.

Nous aimerions organiser plus de rencontres entre lanceurs mais aussi plus d’événements avec le public pour démocratiser et parfois dédiaboliser la pratique du lancer de couteaux.

Amatrice des bonnes choses de notre terroir, admirative devant de beaux points de vue et aussi un peu casse-cou, j'aurai le plaisir de vous faire découvrir mes coins préférés et mes recettes de cuisine.

TOP

Les magazines de l’Office de Tourisme de la Vallée de Villé

Inscrivez vous à notre Newsletter

pour recevoir nos derniers bon plans dans la Vallée de Villé